Archéologie du Brivet

Les fouilles archéologiques qui ont accompagné les curages réalisés en 1967 et surtout en 1994-1995 ont révélé le riche passé de cette rivière. L'implication des riverains bénévoles aux côtés des professionnels a été un des facteurs de l'ampleur des découvertes.

Un site archéologique témoin de la présence humainezone de découverte archéologique


Le Brivet dernier affluent de la Loire avant l'estuaire, serpente sur 35 kilomètres dans les plaines et les zones marécageuses de la Brière.

Son débit est peu important en raison d'une faible pente, la rivière passant de 3 à 1 mètre d'altitude sur 30 kilomètres. L'envasement considérable conduit à d'importantes inondations du bassin. Le Brivet est ainsi souvent difficile d'accès. Il existe néanmoins des langues de terre surélevées ou des « îles » propices à l'installation humaine.

En 1967, lors d'un curage partiel du lit du Brivet vers Catiho, de la céramique, des armes et une pirogue furent mises au jour. Plus récemment, les recherches du groupe archéologique de St Nazaire ont permis la découverte de nombreux sites des époques gauloise et gallo-romaine.

Les fréquentes inondations ont contraint les communes riveraines à effectuer un nouveau curage en 1994-1995 dans la partie nord de la rivière. C'est alors que des objets archéologiques ont été mis à jour. Les prospections supervisées par le service Régional d'archéologie des Pays de Loire ont été menées avec l'aide des riverains bénévoles. Ces découvertes s'ancrent dans un environnement archéologique connu de longue date. Dès 1876, René Kerviler faisait de nombreuses découvertes datées du néolitique et de l'âge du bronze lors de la construction du bassin de Penhouët à St Nazaire.

pirogue entiere Plusieurs millénaires de navigation


Une quarantaine de pirogues a été découverte dans le lit de la rivière, dont quelques-unes presque intactes. Elles sont dites monoxyles car elles sont taillées dans un unique tronc d'arbre. Ces embarcations diffèrent par la forme, la taille (jusqu'à 7 mètres) et par leur époque de construction. Les plus anciennes datent de l'Age de Bronze (-1400/-1200 avant J.C.). Une série de pirogues du Moyen-âge (datées du Xème au XVIème siècle) permet de reconstituer les techniques de la batellerie fluviale sur le Brivet.


hache neolithique Un site de l'Age du Bronze (- 1700 à - 1800 avant J.C.)


Le site du Brivet fut occupé au moins dès la fin du Néolithique, comme en témoigne la hache en pierre polie, trouvée intacte, encore emmanchée dans un bois de cerf. Cependant, la plus importante concentration d'objets mis à jour est datée de l'Age du Bronze. La vaisselle en terre cuite retrouvée atteste de la présence d'un habitat sur les berges. La diversité et la quantité des objets trouvés laissent ainsi présager l'existence d'un village occupé durant plusieurs siècles. Les formes et décors de ces poteries permettent de les dater, comme ce vase gynécomorphe, ainsi nommé pour son décor en reliefévoquant le corps féminin, symbole de fertilité.

hache du moyen ageDes armes du Haut Moyen-âge (VIème-IXème siècle)


Un autre moment-clé pour le Brivet fut le début du Moyen-âge, avec des découvertes moins pacifiques. Cette hache appelée francisque, était une arme de jet utilisée par les Francs. Par comparaison avec des découvertes sur d'autres sites, les fers de haches et des lances ont pu être datés. Certaines lances portaient des décors gravés, une autre, très longue, était probablement une arme d'apparat.


Bibliographie

crédit photos de cette page :
C Devals AFAN, SRA pays de loire, DRAC, INRAP.



Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes